Pastilles d’iode

POURQUOI DES COMPRIMÉS D’IODE ?

boite-comprimes-iode-pharmacie-alerte-nucleaire

La prise de comprimés d’iode stable est un moyen de protéger efficacement la thyroïde contre les effets des rejets d’iode radioactif qui pourraient se produire en cas d’accident nucléaire.

L’iode est en effet un oligo-élément naturel, indispensable au fonctionnement de la thyroïde. On le retrouve dans l’eau et les aliments que nous consommons. Les comprimés d’iode sont des médicaments fabriqués avec de l’iode comparable à celui qui se trouve dans la nature et dans l’alimentation : on l’appelle l’iode stable.

 

En cas d’accident nucléaire, le rejet d’iode radioactif dans l’atmosphère pourrait constituer un risque sanitaire significatif pour la population.

comprimes-iode-pharmacie-alerte-nucleaire

Respiré ou avalé, l’iode radioactif se fixe sur la glande thyroïde et pourrait accroître le risque d’apparition de cancer de cet organe, surtout chez les enfants. L’iode stable sature la glande qui ne peut plus capter ou fixer l’iode radioactif.

Prendre ses comprimés d’iode sur ordre du préfet fait partie des actions de protection des populations en cas d’alerte avec l’évacuation et la mise à l’abri. Les enfants et les femmes enceintes sont particulièrement concernés par cette mesure.

En cas de rejet radioactif, l’objectif des pouvoirs publics est de limiter au maximum l’exposition de la population aux rejets radioactifs.

L’iodure de potassium, appelé iode stable, est indispensable au bon fonctionnement de la glande thyroïde. La prise d’iode stable, associée à la mise à l’abri est un moyen de protéger efficacement la thyroïde contre les effets de l’iode radioactif rejeté lors d’un accident nucléaire.

En cas d’accident nucléaire, le rejet d’iode radioactif dans l’atmosphère pourrait constituer un risque sanitaire pour la population. Respiré ou avalé, l’iode radioactif se fixe sur la glande thyroïde et peut accroître le risque d’apparition de cancer de cet organe, surtout chez les enfants. L’iode stable sature la glande qui, ainsi, ne peut plus capter ou fixer l’iode radioactif.

Prendre ses comprimés d’iode sur instruction du préfet fait partie des actions de protection des populations en cas d’accident avec l’évacuation et la mise à l’abri.

Tout le monde peut prendre des comprimés d’iode stable mais ils sont particulièrement indiqués pour les fœtus (femmes enceintes), les enfants et les jeunes car leur thyroïde est plus sensible.

Chaque boîte contient 10 comprimés d’iode stable dosés à 65 mg. La posologie est la suivante :

• Adulte : 2 comprimés (y compris les femmes enceintes et les jeunes de plus de 12 ans)
• Enfant de 3 à 12 ans : 1 comprimé
• Enfant de 1 mois à 3 ans : 1/2 comprimé
• Nourrisson : 1/4 de comprimé pour les bébés jusqu’à 1 mois

ATTENTION : si vous souffrez d’une maladie thyroïdienne ou si vous avez des antécédents de pathologies thyroïdiennes, demandez conseil à votre médecin.

Les allergies connues à l’iode sont extrêmement rares. En revanche, il est possible d’être allergique aux excipients contenus dans les comprimés d’iode, mais c’est également très rare. En cas d’allergie avérée, il existe une alternative aux comprimés d’iode qui est la solution iode-iodurée forte de Lugol. En cas de doute, demandez conseil à votre médecin.

En cas d’accident nucléaire, le comprimé doit être pris lorsque le préfet en donne la consigne et uniquement à ce moment-là. Le préfet utilisera tous les moyens d’informations existants pour alerter la population et donner les consignes à suivre : les sirènes, la télévision, la radio, les véhicules avec haut-parleurs des pompiers et des gendarmes. C’est pourquoi il est très important de suivre les informations données sur France Bleue et France 3 afin de vous tenir prêt.

Non, l’iodure de potassium est un produit naturel qui n’est pas toxique.

L’efficacité des comprimés d’iode est de 24 heures après leur ingestion.

Deux dispositifs de distribution existent afin de mettre à la disposition des populations de l’iode stable :

• Une distribution préventive dans un rayon de 10 km autour de la centrale nucléaire qui permet de protéger les populations en cas d’accident évoluant rapidement ;

• Une distribution réalisée en situation d’urgence dans le cadre des plans ORSEC iode départementaux. L’État a constitué des stocks de comprimés d’iode pour être en mesure de protéger la population se trouvant en dehors des périmètres définis autour des installations nucléaires et de couvrir les besoins de la population française en cas de risque d’exposition à de l’iode radioactif.

Si au vu des informations dont ils disposent, les préfets considèrent que la situation nécessite la prise de comprimés d’iode stable, les stocks sont déployés vers des points de distribution de proximité alors indiqués au public, notamment par la radio. Des mesures de mise à l’abri, évacuation ou restriction de consommation peuvent compléter ce dispositif, afin de soustraire les populations à l’ensemble des risques liés à des rejets radioactifs.

Les comprimés doivent être stockés dans un endroit aisément mémorisable, sec et frais mais ne doivent pas être mis au réfrigérateur. Il est recommandé de ne pas stocker les comprimés d’iode dans une cuisine, une salle de bain ou une buanderie : la pièce où ils se trouvent ne doit pas être humide.

Vous devez jusqu’à nouvel ordre rester à l’abri dans un bâtiment en dur, fermez toutes les fenêtres et ouvertures.

N’utilisez pas de système de ventilation sauf en mode recirculation.

Écoutez les messages des pouvoirs publics dans les médias publics locaux (France Bleu et France 3, site internet préfectoral).

Respectez précisément les consignes des pouvoirs publics.

Limitez vos communications téléphoniques.

Vous pouvez consommer les denrées stockées à l’intérieur du bâtiment, boire et utiliser l’eau du robinet.

Préparez-vous à une éventuelle évacuation.

 

Question / Réponse : D ‘autre réponse officiel sur le site http://www.distribution-iode.com/